Un travail partenarial pour accompagner l’émergence de projets

La Chambre d’Agriculture de la Réunion et l’Agence Régionale Energie Réunion souhaitent à travers un partenariat technique contribuer au développement de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables en milieu agricole.

De par leurs missions respectives d’accompagnement technique des agriculteurs dans le développement de projets agricoles, la Chambre d’Agriculture et l’ARER ont décidé de co-accompagner les porteurs de projet dans la réalisation de projets d’énergie biomasse.

Pour contribuer à l’émergence de projet agricole lié aux énergies renouvelables, l’ARER apportera ses compétences techniques, à savoir la réalisation de pré-diagnostic, le conseil au maître d’ouvrage, l’aide au montage de dossiers.

A son niveau, la Chambre d’Agriculture apportera ses compétences propres : technique agricole, valorisation agricole des déchets, aspects juridiques, montage de dossier. Ainsi les deux parties s’engagent à promouvoir ensemble le développement des énergies renouvelables sur les exploitations agricoles.


La biomasse-énergie : une filière d’avenir à la Réunion

La biomasse constitue une réelle alternative au charbon à moyen terme, avec un fort potentiel en création d’emplois en zones rurales et agricoles.

 La biomasse-énergie est, par opposition aux énergies intermittentes, une énergie de base. Elle est donc une alternative future à l’actuel mix « charbonné » de La Réunion. Cette filière s’inscrit de plus dans une perspective de valorisation maximale de nos ressources, de notre patrimoine, de nos emplois locaux, contrairement au charbon qui génère très peu de valeur économique locale et d’emploi.

La ressource biomasse est très diverse et répartie de façon homogène sur le territoire : bagasse, bois issu de nos forêts, pestes végétales, déchets verts, effluents d’élevage, ordures ménagères résiduelles, boues de stations d’épuration… Aujourd’hui, la bagasse représente 10% de la production électrique de l’île (269GWh). On peut compter également sur la filière biogaz naissante avec 1MWé installé en 2010, soit 7.6GWh, sur les installations de stockage des déchets non dangereux de la rivière Saint Étienne. 

La méthanisation, une filière qui se développe à la Réunion

Les porteurs de projets sont les acteurs de terrains, participant de manière directe à la valorisation de la biomasse. Les agriculteurs ont les atouts pour contribuer à l’émergence de projets et pour atteindre les objectifs 2025 en matière d’autonomie énergétique : ils sont producteurs de biomasse.

Hormis les ISDND (Installations de stockage des déchets non dangereux), on recense aujourd’hui quelques acteurs moteurs sur la thématique de la méthanisation. Leurs projets sont à différents niveaux d’avancement :

La CINOR prévoit une mise en service de la STEP (station d’épuration) du Grand Prado en 2013. Avec une capacité de 160 000 équivalent-habitants, c’est la plus grande STEP de l’île. Les boues y seront traitées par méthanisation.

Une unité de méthanisation est en service depuis août 2011 sur la distillerie du Rivière du Mât à Saint-Benoît. La valorisation du biogaz est prévue en chaudière pour substituer environ 700 TEP (Tonne Equivalent Pétrole)/an de la consommation en fioul du site. L’abattoir Ducheman et Grondin, implanté dans les Hauts de Saint Joseph, envisage de méthaniser ses déchets en association avec les effluents du groupe d’éleveurs « Les fermiers du sud ». Le projet est aujourd’hui en phase d’études.

Le potentiel méthanisation de l’île, tel que mis en valeur dans le schéma directeur biomasse, réalisé par la Région Réunion en 2011, laisse la place à d’autres projets sur divers territoires de l’île. En effet, 12 MWé (Mégawatt électrique) est la puissance installée que l’on peut espérer à l’horizon 2020.


Qu’est-ce que la méthanisation ?

La méthanisation est un procédé biologique naturel permettant de valoriser des matières organiques en produisant une énergie renouvelable, le biogaz et un fertilisant le digestat. En l’absence d’oxygène (digestion anaérobie), la matière organique est dégradée partiellement par l’action combinée de plusieurs types de micro-organismes et conduit à une production de biogaz (constitué principalement de méthane) et d’un digestat.

Le biogaz sert de carburant aux co-générateurs qui produisent de l’électricité revendue au fournisseur d’énergie, ainsi que de la chaleur, qui est valorisée sur site. Le digestat, inodore et de meilleure qualité agronomique que les lisiers et fumiers « bruts » (non digérés) sera épandu sur les cultures avoisinantes. Plusieurs substrats peuvent être méthanisés :

  • Les substrats agricoles : déjections animales, résidus de cultures, invendus de production
  • Les substrats de l’industrie agroalimentaire : déchets issus d’industries agro-alimentaires (conserveries, abattoirs, farines…)
  • Les substrats des collectivités : ordures ménagères résiduelles (ordures ménagères hors recyclables : papier, verre), déchets verts, bio déchets (reste de repas).

    La méthanisation est ainsi une technique de valorisation des déchets qui présente de nombreux intérêts :

    Pour les agriculteurs :
    - Création d’activité, revenus complémentaires stables (vente d’électricité)
    - Gain en autonomie de l’énergie thermique et utilisation de la chaleur
    - Production de digestat de meilleure qualité agronomique

    Pour les acteurs économiques :
    - Création d’une filière locale de recyclage et de valorisation des déchets organiques des entreprises
    - Fourniture d’énergie verte (chaleur, bio méthane)
    - Création d’activité autour de la construction et de l’exploitation des installations de biogaz

    Pour les collectivités locales :
    - Gain en autonomie énergétique du territoire (renforcement de réseaux)
    - Maîtrise des couts de traitement des déchets
    - Réponse aux problématiques et enjeux du territoire
    La méthanisation apporte également un plus pour l’environnement, notamment par la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

    Contact Chambre d’Agriculture : Virginie Van de Kerchove
    Tél. 02 62 94 25 94
    Mail : v.van.de.kerchove@reunion.chambagri.fr