Le site qui bat au rythme de la Réunion Consulter la liste

Les productions animales


FILERE BOVINS VIANDE

La SICA-REVIA est née en 1979 sous l’impulsion d’éleveurs naisseurs et engraisseurs avec comme objectif, la commercialisation, le transport et la transformation de tout produit carné et particulièrement la production bovine. Agréée « Groupement de producteurs » en 1982 elle est reconnue en qualité d’OP dans le secteur bovin depuis 2002 indique le site de l’institution. La SICA REVIA, positionnée au Centre d’Allotement de Mon Caprice présente trois grands objectifs opérationnels que sont l’organisation de la production de broutards et l’allotement en vue de l’engraissement mais aussi la création, la gestion des installations et le suivi technique auprès des éleveurs et, enfin, l’abattage et la mise en marché de la production. De fait, la production locale de viande bovine est assurée à plus de 94% par la SICA REVIA.

  • Cheptel : 6 870 vaches en production
  • Nombre d’exploitants Sicarevia : 337 adhérents
  • Production viande locale : 1 585 tec (Sicarevia) sur 1 691 tec total
  • Importations : 5 773 tonnes équivalent carcasse

FILERE BOVINS LAIT

La filière lait est organisée autour de la SICA Lait, qui est une coopérative agricole créée en 1962, qui assure la collecte d’une production locale qui laisse encore une bonne place aux produits. Située à Bourg Murat à la Plaine des Cafres, la Sicalait est membre de la Fédération régionale des coopératives agricoles de La Réunion. En 2014, cette structure comptait 125 adhérents dont 101 éleveurs laitiers.

  • Cheptel : 2 900 vaches laitières
  • Exploitations laitières : 70
  • Production de lait : 18,8 millions de litres

FILERE BOVINS PORCINE

La Coopérative des producteurs de porc de La Réunion (CPPR) a été créée en 1974 sous l’impulsion de quelques éleveurs soucieux de s’organiser pour améliorer la qualité et le rendement de leur production. Les objectifs de la coopérative sont un «engagement durable dans un processus de production moderne et de qualité», la «garantie d’un écoulement de la production des éleveurs adhérents» et la «valorisation de la production locale à travers l’industrie agroalimentaire». Le reste de la production est assuré, en dehors des éleveurs du secteur coopératif, par les éleveurs indépendants qui œuvrent avec des sociétés privées pour la commercialisation de leur production.

  • Cheptel : 7 600 truies
  • Nombre d’exploitants : 240
  • Production locale : 12 000 tonnes abattus
  • Importations : 10 720 tonnes (2016)

FILERE BOVINS AVICOLE

La volaille est la viande la plus consommée sur l’île, avec un peu plus de 40 kg par habitant et par an. Outre les importations, la production locale - dont une partie provient d’élevages indépendants – est majoritairement issue du réseau coopératif ou « organisé », articulé principalement autour de deux structures : Avi-Pôle et Les Fermiers du Sud. En amont de la filière, la livraison de poussins aux éleveurs de poulets de chair relevant tant du secteur coopératif que du secteur privé est principalement assurée par la société Couvée d’Or, avec environ 10 millions de poussins fournis annuellement.

  • Nombre d’éleveurs : 154 en filière organisée
  • Production locale : 13 000 tonnes
  • Importations : 20 778 tonnes

FILERE BOVINS CUNICOLE

Crééé en 1981 à l’initiative du Syndicat des lapins de La Réunion, la Coopérative des producteurs de lapins de la Réunion (CPLR) bénéficie de plus de 25 ans d’expérience. Elle a pour la mission la production, l’abattage, la génétique, l’importation et reproducteurs, la commercialisation de reproducteurs parentaux et grands parentaux, l’encadrement technique, le suivi des ateliers de multiplication et des ateliers chair, des installations et de la formation des éleveurs ainsi que l’approvisionnement en matériel d’élevage et en produits sanitaires. Depuis 2010, les producteurs de la CPLR disposent d’un abattoir moderne capable de traiter 600 tonnes de lapins et offre la possibilité de sortir un produit fini, du lapin découpé et conditionné, prêt à être commercialisé. Le reste est issu d’élevage de fermiers « indépendants » qui pratiquent la vente directe.

  • Cheptel CPLR : 3 020 cages mères
  • Nombre d’éleveurs CPLR : 23
  • Production locale CPLR : 196 tonnes
  • Importations : 150 tonnes

FILERE CAPRINE

L’élevage caprin est une activité traditionnelle et la production caprine conserve encore un caractère «familial » dans bien des cas. Néanmoins, les efforts pour structurer la filière se sont faits jour depuis plusieurs années avec, dans l’île, l’Association départementale des éleveurs de cabris Boers à La Réunion (ADPCER) et, en 2011, de l’Association réunionnaise des sélectionneurs en élevage câprin (ARSEC) qui sont des associations de groupement sans oublier le rôle d’Ovicap, coopérative des producteurs de petits ruminants née en 2012 et qui a produit plus de 12 tonnes de viande en 2013.

  • Cheptel : 23 000 chèvres
  • Nombre d’exploitants : 840 éleveurs et 260 professionnels
  • Importation : 830 tonnes

FILERE OVINE

Cette filière se structure peu à peu, grâce à l’installation de nouveaux éleveurs, notamment dans les hauts de l’île à l’image du village de la Plaine des Cafres, et la création d’un groupement de producteurs dont l’objectifest de satisfaire la demande locale en viande fraîche d’agneau.

  • Cheptel : 2 754 brebis reproductrices
  • Production locale : 33,4 tonnes

FILERE CERVIDÉS

Activité de diversification pour des agriculteurs,«amateurs de gibier» et disposant de terrains isolés, principalement dans les Hauts (Sainte-Marie, cirque de Mafate), l’élevage de cerfs s’est structuré, à la Réunion, voici une quinzaine d’années. L’abattage des animaux est assuré par l’abattoir de bovins, à Saint- Pierre. Les principaux acheteurs de viande de cerf sont les grandes surfaces, les restaurateurs et quelques privés. Mais depuis plusieurs mois, les élevages de biches ont été la cible directe des attaques de chiens errants réduisant ainsi le cheptel local.

  • Cheptel : 2 500 biches reproductrices
  • Nombre d’exploitants : 8

FILERE APICOLE

Sur la totalité des apiculteurs déclarés à la DSV - on est apiculteur à partir d’une ruche - 150 peuvent être véritablement considérés comme professionnels ; ils possèdent 78 % des ruches et produisent 87 % de la production totale. La production locale est variée avec du miel de baies roses, du miel de forêt, du miel de letchis et « toutes fleurs ». Cependant depuis quelques années, la filière apicole traverse une crise sans précédent avec l’arrivée du Varroa Destructor qui a grandement affaibli la filière ainsi que les luttes anti vectorielles qui mettent à mal la filière.

  • Nombre de ruches : 26 743
  • Nombre de producteurs : 483 dont 150 pro.
  • Production locale : 150 à 200 tonnes

FILERE EQUINE

La filière équine est multi-fonctionnelle et met en oeuvre plusieurs secteurs d’activités (élevage, tourisme, loisirs, sports, courses). Au début des années 1954, les premiers clubs hippiques s’installent en zone péri-urbaine avec des activités d’équitation traditionnelle. Dans les années 1990, on assiste alors à la mise en place d’un plan concerté de développement de la filière tourisme équestre qui s’est concrétisé par l’implantation d’une dizaine de centres de tourisme équestre avec des activités de loisirs et de randonnées en zone rurale. Entre 2002 et 2007, les activités équestres connaissent un essor soutenu, avec une progression de presque 9 % de moyenne annuelle du nombre de cavaliers licenciés, soit 2 577 licenciés à la Réunion. Au-delà de la logique sportive de la Fédération Française d’Équitation, les pratiques équestres de pleine nature connaissent un engouement de plus en plus important de la part des réunionnais sur l’île. Localement, seules 4 disciplines sont dispensées alors qu’en Métropole il en existe plus d’une trentaine. Cette diversité de discipline laisse place à beaucoup de perspectives de développement des activités équestres. Le nombre de licenciés est de 3 700 cavaliers pour l’année 2012, dont 700 pour la pratique du tourisme équestre.

  • Élevages équin : 15 Centre équestres : 60 structures d’activités équestre
  • Structures équestres : 36
  • Plus de 1 600 chevaux / 100 exploitations détentrices d’équidés recensées